La Shortlist de M. Moustache

La plupart des entrepreneurs à succès soulignent tous l’importance de savoir s’entourer pour mener son entreprise au sommet. Que ce soit au niveau des collaborateurs mais aussi des partenaires externes qui vont accompagner la croissance de la société. 

Aujourd’hui, on vous dit tout sur M. Moustache et l’écosystème de partenaires qui a été mis en place par ses fondateurs pour en faire une des startups françaises les plus en vue.

"L’art de la réussite consiste à savoir s’entourer des meilleurs." L’objectif de cette série « La Shortlist de… » est de donner un éclairage sur ces fameux partenaires qui accompagnent les plus belles entreprises de croissance. Qui sont-ils ? A quel stade de développement faut-il faire appel à eux ? Dans quel contexte ? 

Bonjour Guillaume, peux-tu nous présenter ton entreprise ?

Guillaume Alcan : M. Moustache, c'est une marque de chaussures que nous avons créé il y a six ans avec mes deux associés, Antoine et Thibault. À la base, c'était une marque de chaussures uniquement pour hommes et il y a 4 ans, nous avons lancé une gamme pour femmes.

L'idée de la marque, c'est de porter la moustache aux pieds avec des symboles d’élégance et d’originalité.

Notre positionnement, c’est le luxe accessible, avec une gamme qui va de 100€ à 200€. Aujourd'hui, nous produisons uniquement des chaussures. Nous voulons nous développer sur cet environnement autour du pied et devenir une marque leader sur le marché de la chaussure en France et à l'étranger dans un second temps.

Ce qui caractérise la marque c'est que nous avons une gamme assez large de produits, nous pouvons très bien faire de la chaussure de ville, comme de la basket, avec des collections souvent basées sur le thème du voyage que l'on renouvelle tous les six mois.

Actuellement nous sommes sur le thème Lisbonne, l’hiver dernier, nous étions sur New York. Ce sont des univers forts qui changent à chaque fois, ce qui fait vraiment l’ADN de la marque.

Aujourd'hui la marque à six ans, on doit faire 5 millions de chiffre d'affaires cette année, nous sommes 24 dans l’équipe, et nous sommes présents dans une dizaine de pays avec un marché premier qui est la France.

Quels sont vos différents réseaux de distribution ?

G.A. :Aujourd'hui nous avons trois réseaux de vente très différents, qui sont :

Une partie B2B, comme les Galeries Lafayette, Le Printemps et Citadium, mais aussi tout un réseau de multimarques en France, ainsi que des distributeurs à l'étranger notamment au Japon, en Belgique, en Espagne et en Angleterre.

Un E-Commerce qui cette année est devenu le premier réseau de vente et le premier distributeur de la marque M. Moustache.

Et pour finir, nous avons des boutiques en nom propre uniquement à Paris, une dans le Marais et l'autre à Montmartre. Nous prévoyons d'ouvrir 4 nouvelles boutiques cette année notamment en province très prochainement.

Et toi quel est ton rôle chez M. Moustache ?

G.A. : Moi, je suis l’un des trois fondateurs, je m'occupe de tout ce qui est production, le e-commerce, la logistique et une petite partie contrôle gestion et système d'information.

Quelles ont été les grandes phases de développement de M. moustache ?

G.A. : Il y eu trois phases.

Une première phase qui a été le lancement. Nous n'étions que trois, nous avons dû tester l'appétence des produits sur le marché avant de se lancer.

Sur la deuxième phase, nous avons réalisé une levée de fonds de 1,2 millions d’euros en janvier 2016, ce qui a permis de structurer l’équipe, l'ensemble de la boîte, de se développer, d'aller plus loin en e-commerce et de commencer à faire de la communication payante.

Nous avions même fait une campagne dans le métro à l'époque pour ouvrir notre premier point de vente à Paris.

Et la troisième phase, qui est une phase de recherche. nous sommes actuellement en plein dedans, et nous nous questionnons sur comment étendre le modèle fonctionnel de la marque à l'international.

Pour résumer, on à donc connu 3 phases: lancement, confirmation et expansion. 

Vous avez été forcément accompagnés, quels ont été les prestataires pour chacune de ses phases ?

G.A. : Nous accordons beaucoup d’importance à nos prestataires, nous avons même identifié assez récemment, 3 ou 4 prestataires que nous assimilons quasiment comme des partenaires.

Nous avons nos agents dans les pays de production, sachant que nous produisons 70% de nos produits au Portugal et 30% en Chine. Sur chaque pays, nous avons quelqu'un sur place avec une petite équipe qui va nous aider et qui sont vraiment nos yeux sur place, et c'est vraiment très important pour nous, pour avancer, pour produire, vu que nous ne pouvons pas être tout le temps là-bas.

Les autres prestataires clés sont les logisticiens, comme Efilog avec qui nous travaillons depuis 2013. nous avons commencé à travailler avec eux juste après le lancement, nous avons donc grossis ensemble. Au début nous avions 10 m², aujourd'hui nous en avons 600m².

C'est vraiment un partenaire au delà d’être un prestataire, car il s'adapte aussi sur tout nous besoin. Nous avons, par exemple, délocalisé les retours produit chez eux.

Un autre partenaire clé : Ezytail, qui est une société qui fait des ERP (Enterprise Ressource Planning), des logiciels de gestion. Ils nous accompagnent sur tout notre système d’information. C'est un partenaire qui a été fondamental pour nous, notamment après notre levée de fonds, nous avons alors tout mit à plat pour avoir un outil qui gère à la fois le B2B, le B2C, le e-commerce, les flux qui descendent et les stocks.

Vu que c'est un sujet sans fin, c’est un prestataire avec qui nous continuons de travailler, nous avançons beaucoup avec eux.

Est-ce que tu penses à d'autres partenaires ?

G.A. : Oui tout à fait !

Au niveau développement de produit, nous travaillons avec Winddle, c’est une entreprise qui aide de la création d'un produit jusqu'au shipping du fournisseur, avec cet aspect de suivi de fiches techniques et de timing, c’est un prestataire très textile et production très sympa.

Au point de vue marketing, nous avons tout internalisé, cependant nous avons une agence web, qui s’appelle Weeby et qui travaille notre site et e-commerce. C'est assez nouveau pour nous, normalement nous avions plus l’habitude de travailler avec des free-lance, et depuis quelques semaines, nous travaillons avec cette agence. C'est un prestataire important pour nous, on travaille avec eux depuis quelques semaines, c'est vraiment le début de la colaboration.

Pour finir, je souhaiterai parler de Dialty, qui est la plateforme que nous utilisons pour gérer nos marketplaces. Très utile et surtout cela nous facilite la vie pour être présent chez des clients comme La Redoute, Galeries Lafayette et autres grands groupes.

Nous avons des prestataires qui sont plus sur des demandes spécifiques, avec qui nous intervenons un peu moins, mais qui vont être, par exemple, notre avocat, Arnaud Dufour, du cabinet DMS, qui intervient sur les projets immobiliers d'ouverture de boutique, qui est super et qui va nous suivre sur la rédaction de bail, nos négociations avec le cédant, etc..

Nous travaillons aussi depuis 4 ans avec Rousseau Consulting pour la comptabilité, ça se passe très bien.

Est ce que tu as des personnes qui t'accompagnent au niveau de tes boutiques ?

G.A. : Nous avons La Grande Serre, qui s’occupe de végétaliser toutes les boutiques et nos bureaux. Ils sont supers : ils s'occupent de l'entretien et du changement des plantes, et surtout, ils vont faire en sorte que les plantes collent à la collection actuelle,

Nous avons aussi un prestataire qui s'occupe de la musique dans les magasins, qui s’appelle Music Work, qui va s'occuper de la playlist toujours en adéquation avec le thème de la collection.

Récemment, nous avons aussi lancé un programme de recyclage avec I:CO, l'objectif est que n'importe qui peut amener une paire de chaussures usagées dans un de nos magasins et nous derrière nous allons les recycler en partenariat avec I:CO.

 

Et voilà.

Sur quels critères vous basez-vous pour sélectionner vos prestataires ?

G.A. : Grâce aux recommandations.

Sur les gros prestataires, nous allons appeler, voir ce qu'ils ont fait avec d'autres marques et c'est hyper important pour nous que notre futur prestataire ait beaucoup de recommandations et surtout qu’elles soient bonnes.

Pour nous, la vraie importance lors de la collaboration avec un prestataire, c’est comment on se sent en travaillant avec eux, qu’il y ait un "match" au niveau humain.

À partir de la, on peut commencer à créer une super relation et super bien travailler ensemble.

Articles liés :

La Shortlist d'Octopulse

La Shortlist de Wizbii

La Shortlist de Reezocar