Extermitent, l'agence de production audiovisuelle au service de l'humain

Aussi à l'aise sur des tournages de vidéos corporate qu’avec de la fiction, l'agence Extermitent est composée de 7 passionnés du storytelling. Leur particularité ? Placer l'humain au coeur de leurs projets, de leurs concepts créatifs et de leurs histoires. Nous sommes allés à la rencontre de Rebecca Obadia, Associée de l'agence, pour en savoir plus.

Bonjour Rebecca, peux-tu me présenter Extermitent ?

 

Extermitent est une société de production audiovisuelle et événementielle créée il y a 11 ans.

Notre expertise c'est le Brand Content. Pour ceux qui ne connaissent pas, ce sont des contenus qui permettent aux marques de prendre la parole sous d’autres formes que la pub classique, essentiellement pour les réseaux sociaux et le web en général. Ces contenus sont souvent déclinés sous multiples formes.

Chez Extermitent on est curieux et on aime tous les challenges ! Du coup, on n'a pas voulu se spécialiser dans un secteur en particulier. On travaille aussi bien avec des marques lifestyle que corporate ou B2B, etc. Quand les entreprises s'adressent à nous, elles savent qu'on est capable d’adapter la création de nos contenus à tout type d'audience et de retranscrire n'importe quel message avec impact.

Qui se cache derrière Extermitent ?

 
Extermitent c'est avant tout une entreprise familiale, à taille humaine. On est sept dont quatre associés.
L'équipe Extermitent Production
L'équipe Extermitent

Peux-tu nous raconter l'histoire d'Extermitent ?

 

A l'origine, Extermitent a un historique de vidéos dédiées à l'industrie de la musique et au monde du street art. Ils filmaient des interviews d'artistes, des tournées et des live sessions. Sauf que la montée en puissance des plateformes de streaming a bouleversé l'industrie musicale...et leurs budgets aussi. L’équipe a dû se renouveler et s’ouvrir à un marché un peu moins artistique. 

Quand je les ai rejoint il y a 3 ans, c’était comme la pièce manquante du puzzle avec mon expertise en Brand Content. J’ai pu développer une légitimité auprès des publicitaires et des annonceurs afin d’élargir et de faire évoluer la clientèle d’Extermitent.

Quel a été ton parcours avant Extermitent ?

J'ai fait un peu les choses à l'envers. Je n'ai pas voulu aller à la fac après le lycée parce que 45 minutes dans un amphi pour espérer avoir une place et brasser pas mal de théorie avant d’étudier ton sujet de prédilection...c'était juste l'enfer ! À 20 ans, j'ai donc commencé à travailler en agence de Relations Publiques pendant quelques années.

Après cette première expérience, j'ai décidé, en 2009, de reprendre mes études, mais aux Etats-Unis pour approfondir toutes mes connaissances en RP spécifique à l’industrie de la musique. A ce moment-là, les réseaux sociaux étaient en train d'exploser aux Etats-Unis, du coup j'ai ajouté cette dimension digitale à ma formation. En parallèle, j'ai travaillé pour divers acteurs de la musique en RP & marketing digital, et je suis devenue Community Manager. Déjà à l'époque je sentais que la création de contenus allait être essentielle à nos métiers. 

Après mes études, je suis rentrée en France et j'ai été embauchée chez Omnicom. J'étais en charge de tous les achats de pub des clients de l'agence sur les réseaux sociaux. A l'époque, les gens ne comprenaient pas trop ce que ça engageait et personne ne voulait s'en occuper, je me suis donc formée sur le terrain. C'est comme ça que j'ai appris à maîtriser l'écosystème des réseaux sociaux à la fois sur la partie paid que sur la partie créa. Ca m'a aussi permis de me rendre compte que c'était ça qui me faisait vraiment fait vibrer, la création de contenus !

Je suis ensuite passée en régie chez Altice Média en tant que Directrice de la Production Digitale aux Opérations Spéciales. J'étais en transversal sur tous les leviers digitaux. Je devais créer des applis, des sites Internet, des bannières et la vidéo a commencé à être un médium privilégié. Très vite j'ai expliqué à ma hiérarchie qu'il fallait qu'on internalise les ressources vidéos. Ce format était en train d'exploser et je voyais bien qu’il y avait un grand intérêt financier à internaliser les compétences audiovisuelles. Sauf que la direction avait d'autres priorités, notamment avec la fusion avec Next régie, et personne ne semblait vraiment à l’écoute.

Et c'est là que j'ai décidé de faire le grand saut ! Je savais que la vidéo allait prendre une place signifiante sur le marché des médias. Donc, je me suis lancée en freelance en tant que Directrice de Production. J'ai eu rapidement énormément de commandes et je ne pouvais plus m'en sortir toute seule. J’étais à la recherche d’une équipe technique dédiée et c'est comme ça que j'ai rencontré Extermitent.

Une partie de l'équipe Extermitent en tournage
Une partie de l'équipe Extermitent en tournage

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Comme je te le disais, après être passée en freelance en production audiovisuelle, j'ai eu beaucoup de demandes. Un jour je me retrouve avec une grosse galère, une régie avec laquelle je travaillais avait eu du mal à se positionner sur les grilles tarifaires de l’époque, notamment avec un concept créatif pensé pour Volvic. Je sollicite alors deux sociétés de production pour m’épauler sur le sujet, et là je me retrouve avec deux devis en mains, avec un écart de 30.000€ entre les deux.

Avec un positionnement plus abordable, Extermitent devient mon agence sauveuse. Au bout d'une heure de voyage, c'était comme si on se connaissait déjà depuis dix ans, le contact passait hyper bien, une vraie colonie de vacances. 

Lorsque je découvre leurs images du haut de notre premier tournage pendant cinq jours en Auvergne, je me rends compte qu'ils ont énormément de talent, mais qu’ils ne savent pas comment le mettre en avant ni communiquer. Après ce tournage, ils deviennent mon équipe technique attitrée et ils me proposent de venir travailler dans leurs bureaux. Après trois mois de cohabitation, ils me disent : “bon de toute façon tu es toujours fourrée dans nos pattes, donc pourquoi tu nous rejoins pas pour de bon ?” Et puis voilà ça fait trois ans qu'on est associés !

J'ai l'impression que, par votre histoire, l'humain est au coeur des valeurs d'Extermitent, je me trompe ?

Tu as raison. On valorise énormément l'humain dans l'entreprise.

Quand je rencontre des prospects je vends une famille, un collectif. Aujourd'hui les clients sont contents de savoir qu'ils vont travailler avec les mêmes personnes sur tous leurs projets. Au-delà de l'expertise technique, nos clients viennent chercher des personnalités.

 
 

L'humain est aussi important parce qu'au fur et à mesure des années, on a réalisé beaucoup de portraits de gens comme toi & moi. C'est une expertise qu'on a développé grâce à la première opération réalisée pour Volvic, imaginée avec la régie AdPulse. En 16 mois, on a réalisé une vingtaine de portraits de personnes ordinaires qui ont entrepris des choses extraordinaires et qui incarnent le moto de Volvic : "Réveille ton Volcan". 

Par exemple, on a raconté l'histoire d'Hugo, un petit garçon de 8 ans, adopté en Afrique, qui veut devenir danseur étoile. Malheureusement, on se moque de lui parce que c’est un garçon qui ne ressemble pas à la majorité de ses camarades et qu'il veut faire de la danse classique. Cette histoire a eu un retentissement incroyable, on a été le 2ème contenu le plus partagé sur Facebook en Septembre 2019 et TF1 a repris le sujet pour une version Mag au Journal Télévisé de 20 heures. L’histoire d’Hugo en est une parmi tant d'autres. Il y a eu Charly, 88 ans, qui court deux marathons par mois, 5000 kilomètres de vélo par an, etc... 

C'est hyper enrichissant de rencontrer ce type de personnalités. Ce sont des expériences qui nous nourrissent à la fois personnellement, mais aussi professionnellement car, au fil des années, on devient à même de savoir gérer aussi bien le coeur sensible et écorché d’un enfant de 8 ans tout comme la délicatesse d’un homme de 88 ans qui n’est jamais passé à la caméra. On met à chaque fois tout en oeuvre pour conserver toute l’authenticité de leurs histoires.

En réalisant ces interviews, on s'est rendu compte que grâce à nos valeurs centrées autour de l'humain au sein de l'entreprise, nos contenus devenaient d’autant plus chargés en émotions avec un vrai impact sur nos audiences. Et je crois que c’est une approche très appréciée chez Extermitent.

Est-ce que vous avez d'autres valeurs au sein de l'agence ?

Oui. La deuxième valeur qu'on partage c'est l'agilité. Je me souviens d'une fois, alors que j'étais en vacances, un client m'appelle en plein mois d'août et me dit : "on doit tourner dans 6 jours dans un Subway d'une zone industrielle. Il faut trouver un acteur américain qui a un accent texan." Sur le coup, je me suis vraiment demandé comment j'allais faire. Après de multiples coups de fil et beaucoup de persévérance, je suis arrivée cinq jours plus tard à Paris avec une équipe prête à lancer un “ACTION” sur le plateau de tournage le lendemain. On y est arrivés parce qu'on aime les challenges et qu'on est surtout tous des passionnés. 

Troisième valeur : la transparence. Aujourd'hui, on a quand même acquis un certain savoir faire, une expertise. Et grâce à une approche très pédagogique de nos métiers, on remonte sur des briefs de plus en plus important en amont de la partie conception des projets. 

OpenClassrooms recommande Extermitent Production
OpenClassrooms recommande Extermitent

Quelle est votre valeur ajoutée par rapport à d'autres agences ? 

On a fait un bilan en fin d'année avec nos clients et ils nous ont dit : la raison pour laquelle on travaille avec Extermitent c'est parce qu'il y a cette dimension conseil.

En 2018, on s'est rendu compte qu’au-delà de notre force en production exécutive, notre force de proposition sur la plupart des concepts émis était fortement appréciée. Quand on a réalisé ça on s'est demandé : pourquoi attendre que les clients viennent nous briefer pour proposer des contenus ? On a déjà une certaine légitimité auprès des marques, pourquoi de notre côté on ne réfléchirait pas à des concepts ? Du coup, on a démarché des entreprises en leur proposant directement un concept créatif et on a décroché quelques contrats comme ça. Quand ils voient la qualité de la proposition et nos tarifs, parfois sans l’intermédiaire d’autres acteurs de la publicité, ils se rendent compte que c'est tout aussi intéressant de passer en direct.

Le revers de la médaille c'est que sur ce créneau là, il faut être capable de faire des jolies présentations, vendre un concept et l'accrocher à des objectifs commerciaux. Et ça, ce n'est pas forcément des enjeux sur lesquels ont fait confiance à une société de production, surtout une petite agence comme la nôtre.

Quelles sont vos ambitions ? 

Je crois que l'envie commune au sein de la famille Extermitent, c'est vraiment de créer d’autant plus de programmes originaux et de remonter de plus en plus sur des projets de fiction. Aujourd’hui, on a largement fait nos preuves d'un point de vue technique, maintenant il faut qu'on affirme notre légitimité sur la partie conception.

On en a écrit pas mal fin 2019. Je ne l'ai pas mentionné avant, mais on a réalisé l'année dernière le Flash Club. L’équipe avait initialement écrit une web série qui est devenue une série de pastilles humoristiques sur l'émission Quotidien de Yann Barthès en 2018. C'était très drôle !

 
 
Là cette année Guillaume, l’un de mes associés et réalisateur fiction d'Extermitent, a signé un programme original qui sera prochainement diffusé sur l’une de nos chaînes TV historique. C'est aussi une pastille humoristique pensée pour faire la promotion de leurs créations originales.
 
Donc, notre ambition c'est vraiment de développer la partie fiction. On va bien évidemment continuer toute la partie Brand Content et Corporate parce qu'on prend beaucoup de plaisir à le faire. Grâce à ces projets, on apprend beaucoup de choses d'un point de vue technique, mais on chérit aussi chaque rencontre provoquée par ces multiples projets.
 
A plus long terme, je crois qu'on a tous envie qu'Extermitent devienne quelque chose de générationnel pour passer le flambeau à des jeunes qui ont aussi envie de casser tous les codes et s’affirmer à leur tour. 

 
Vous avez besoin d'imaginer des concepts créatifs centrés sur l'humain ? Vous cherchez une agence de production audiovisuelle à taille humaine ? Consultez les témoignages des clients d'Extermitent sur Trustfolio ou rendez-vous sur leur site internet.

Articles liés :

La liste des agences de production audiovisuelle recommandées par et pour des startups & scale-ups

Kazam! Production

Dans les coulisses de la créativité de l'agence de production vidéo Kazam!

Top 2019 Trustfolio des meilleures agences de production vidéo