Combien ça coûte d'embaucher un salarié ?

 

C'est décidé, vous voulez recruter ! Mais pas question de se lancer sans prendre connaissance des coûts que cela va engendrer. Le salaire brut de ce nouveau collaborateur ne représentera que la partie immergée de l'iceberg. Vous devez être conscient de toute la face cachée pour anticiper de la meilleure façon combien coûte l'embauche d'un salarié. Vous vous demandez quel budget prévoir ? Quelles sont les charges imputées au salarié, mais aussi comment calculer vos charges patronales ? Vous trouverez dans cet article toutes les charges liée à une embauche qu'elles soient directes ou indirectes.

 

Les charges directes du salarié

Pour calculer le montant total des charges directes d'un salarié, il faut utiliser la base de son salaire brut auquel vous déduisez les charges sociales salariales et patronales.

Le salaire super-brut

Vous le savez déjà, mais le salaire net représente la somme perçue par votre salarié, le salaire brut comprend le salaire net plus les cotisations sociales. Pour calculer la charge totale du salarié, on détermine le salaire "super-brut": le salaire brut auquel on ajoute les taxes et cotisations sociales que vous versez. C'est la somme totale de ce que vous coûtera un employé.

 

Les cotisations salariales

Les charges salariales, dont le paiement revient à l'employé, sont retenues sur sa paie et redistribuées aux différents organismes. Elles représentent 23% à 25% du salaire net et sont composées de :

  • la CSG (contribution sociale généralisée)
  • la Contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale :
  • la Sécurité Sociale
  • la cotisation ASSEDIC
  • les cotisations pour la retraite complémentaire
  • l'AGFF

De plus si les salariés sont cadres :

  • le Compte Epargne-Temps
  • la cotisation APEC

Les cotisations patronales

Les charges patronales, qui sont supportées par vous employeur, n'apparaissent pas sur les fiches de salaires. Elles s’élèvent entre 25% à 42% du salaire brut et regroupent :

  • La sécurité sociale
  • Assurance chômage
  • Retraite complémentaire
  • AGF
  • Participation à la formation
  • Taxe de prévoyance
  • Allocation de logement (FNAL)

Calculer simplement des charges selon le type de contrat

Pour pouvoir calculer correctement les charges directes de vos salariés vous devez également prendre en compte son type de contrat.

Les différents types de contrat pour embaucher :

  • CDD
  • CDI
  • CTT (contrat de travail temporaire)
  • Contrat de travail intermittent
  • Contrat en alternance
  • Temps partiel 

Afin de calculer simplement et rapidement ces charges, nous vous recommandons d'utiliser le simulateur du coût d'embauche en ligne sur economie.gouv, le portail de l'Économie, des Finances, de l'Action et des Comptes publics.

Attention, vous ne devez pas oublier de prendre en compte la convention collective à laquelle votre entreprise est rattachée. Celle-ci fixe les règles du droit du travail, et notamment un salaire minimum conventionnel pour chaque type de salarié. Vous devez donc respecter la grille de salaire : les minimas sont définis en fonction de l'échelon et du statut professionnel du salarié (ouvrir, employé, cadre, etc).

Les gratifications

Les gratifications (13ème mois, tickets restaurants, les frais de transport, etc. ) sont également à prendre en compte et à intégrer dans le coût mensuel de votre nouvel employé.

 

Les charges indirectes pour embaucher un salarié

Lorsque vous calculez le coût global pour embaucher un salarié, il ne faut pas oublier de comptabiliser le temps et l'argent dépensé durant tout le processus en amont et en aval.

Les charges indirectes en amont de l'embauche

Vous devez prendre en compte le temps que vous avez pris pour recruter le candidat idéal. Le processus de recrutement jusqu'à l'embauche (lien vers l'autre article oklm) peut s'avérer très long et pendant que vous et vos collaborateurs êtes occupés à cette recherche, vous ne vous consacrez pas à votre propre activité.

Une fois le salarié embauché, vous allez prévoir tout le matériel dont il aura besoin pour accomplir ses missions : un bureau, un ordinateur, un téléphone, un véhicule de fonction, etc.

Les charges indirectes en aval de l'embauche

Des frais sont également à prévoir pour son intégration : des frais administratifs et médicaux ainsi que des frais de formation ou d'apprentissage du poste. Cela entraine une modification de votre organisation le temps de former le nouvel arrivant. On peut donc encore une fois évoquer le facteur temps.

D’après différentes études, on estime le coût du recrutement et de la phase d’intégration entre 15 et 25% du salaire brut annuel de la personne embauchée.

 

Recruter moins cher grâce aux aides 

Il existe de nombreux dispositifs pour vous aider à supporter le coût que représente l'embauche d'un nouveau salarié notamment pour les jeunes entreprises et dans le cadre du recrutement de profils moins qualifiés.

Le Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICE)

Le CICE porte sur l'ensemble des rémunérations versées aux salariés pendant une année civile et ne dépassant pas 2,5 fois le Smic. Il est toujours versé en différé.

Les entreprises éligibles sont celles employant des salariés et payant un impôt sur les société ou un impôt sur le revenu selon leur bénéfice réel et quelque soit le mode d'exploitation et le secteur d'activité.

Depuis le 1er Janvier 2019, cette aide a été supprimée et remplacée par un allègement de cotisations patronales à hauteur de 6%.

La réduction générale des cotisations patronales sur les bas salaires (anciennement Loi Fillon)

Elle fait partie du dispositif "zéro cotisation Urssaf" qui vous dispense de payer des cotisations (sauf l'assurance chômage) lorsque vous embauchez un salarié au Smic. Cette réduction s'applique uniquement sur les rémunérations n'excédant pas 1,6 fois le SMIC annuel.

Le calcul du coefficient tient compte des taux de cotisations et de contributions qui peuvent faire l'objet de la réduction dont vous trouverez le détail sur le site de l'URSSAF.

Le Contrat Unique d'Insertion (CUI)

Les contrats uniques d'insertion vous apportent une aide lorsque vous embauchez des personnes sans emplois et rencontrant des difficultés sociales et professionnelles à accéder à un emploi.

Comment savoir rapidement si votre entreprise peut percevoir ou non une aide ?

Pole emploi et l'URSSAF ont développé deux simulateur très pratique pour vous aider à y voir plus clair et savoir si votre entreprise peut bénéficier d'une aide ou d'une réduction de cotisation.

Compte tenu des coûts que peuvent représenter l'embauche d'un nouveau collaborateur, les entreprises font de plus en plus recours à la sous traitance. C'est une solution rapide, utile pour répondre à une activité intense et immédiate. Elle est aussi moins couteuse, étant donné que le taux des charges sociales est moins élevé que pour un salarié. 

Il faut cependant rester très prudent avec cette option. Si le sous-traitant n'a pas plusieurs clients et que son chiffre d'affaire n'est réalisé que par vous, l'URSAFF, lors d'un contrôle, pourrait identifier un lien du subordination et une dépendance avérée. En cas de rupture brutale de la relation, le sous-traitant pourrait également se retourner contre vous et demander la requalification de votre relation en contrat de travail avec des conséquences financières très lourdes. Il est donc fortement conseiller de bien cadrer la relation avec un contrat de prestation clair.

 

 

Articles liés :

Combien ça coûte une agence de communication ?

Les formalités pour embaucher un salarié

Les 6 étapes pour passer du recrutement à l'embauche d'un salarié