B.Conseil, le cabinet de conseil en financement de l'innovation et de la recherche des start-ups ambitieuses

Start-up et levée de fonds sont presque synonymes. Si on entend beaucoup parler de ces levées réalisées avec des investisseurs, Business Angels ou Fond d'Investissements, on entend beaucoup moins parler des mécanismes publics de financement de l'innovation : Subventions, Crédit Impôt Recherche, Crédit Impôt Innovation ou encore Jeune Entreprise Innovante. Autant de dispositif qui permettent également aux pépites innovantes françaises de développer leur service et produit. Pour en savoir plus nous sommes allés à la rencontre d'Aurélien Barrière, fondateur du cabinet B.Conseil, spécialiste du financement de l'innovation. 

Bonjour Aurélien, peux-tu me présenter B.Conseil ?

B.Conseil, c'est un cabinet spécialisé sur le conseil en financement de l'innovation. On aide les entreprises à bénéficier de financements publics au travers notamment du crédit d'impôt recherche (CIR), crédit d'impôt innovation (CII) et statut de Jeune Entreprise Innovante. On est pure player du financement de l'innovation lié à la fiscalité. 

La société a été créée il y a deux ans, en octobre 2017. On est huit dans l'équipe et on travaille avec un peu plus de 150 start-ups de tous domaines confondus, principalement dans l'IT et les nouvelles technologies. On a donc connu une belle croissance.

Notre objectif c'est de doubler les effectifs tous les ans et de doubler également le portefeuille clients.

Comment et pourquoi as-tu eu l'idée de créer B.Conseil ?

Après quelques années d'expérience, j'ai rejoins un cabinet de conseil en financement de l'innovation en 2012, en tant que consultant spécialisé IT. J'ai rapidement appréhendé le métier, c'est devenu une passion. J'ai pu gravir les échelons et j'ai accompagné la structure dans sa croissance puisque nous sommes passés de 50 salariés en 2012 à 300 en 2017.

Au bout de deux ans je suis passé manager. J'avais une équipe de 10 consultants, un portefeuille de près de 300 clients et on traitait plus de 30 millions d'euros de crédit d'impôt recherche. J'étais l'un des référents auprès du Syntec Numérique, le syndicat professionnel des entreprises de services du numérique regroupant les ESN, éditeurs de logiciels et de les entreprise de services IT en France. Je suis passé de l'accompagnement des start-ups à des grands groupes comme Alten, Altran, Capgemini, Devoteam, Econocom,...J'ai notamment mis en place le crédit impôt recherche chez Orange Bank en 2017 et je conseillais de nombreuses sociétés du CAC40.

 
Après trois ans de rythme effréné dans cette société, j'ai fait le constat que finalement l'accompagnement des start-ups laissait à désirer au sein de gros cabinets de conseil en financement. Pour des raisons de rentabilité, la direction orientait les ressources du cabinet vers les grandes entreprises au détriment de l’accompagnement des startups. De mon côté je pensais, au contraire, qu’il était important d’accompagner au mieux et de conserver ces « petits clients » dans l’ADN de l’entreprise car ils apportaient bien souvent une forte stimulation intellectuelle aux consultants aussi bien en termes de R&D que d’organisation ou d’entreprenariat.
 
J'ai donc décidé de lancer B.Conseil pour accompagner les start-ups avec un conseil de très haut niveau. 

Qui sont vos clients ?

 
On accompagne en majorité avec des entreprises Technologiques et de l'IT. Ces sociétés proposent soient une rupture technologique, soit une innovation vis à vis d'un marché. Pour les innovations technologiques, on travaille par exemple avec des start-ups de la Blockchain, de l'Intelligence Artificielle, des FinTech ou encore de l’économie sociale et solidaire..
 
Parmis nos clients je peux te citer Anaxago, Feed, MonBanquet, Artsper ou Wecasa.
 
En dehors de l'IT, on a des clients qui font de la cosmétique, du foie gras moléculaire, ou sont dans l'industrie. C'est assez varié.
After Data recommande B.Conseil
After Data recommande B.Conseil
 

Et en terme de taille de maturité d'entreprise ?

 
La porte d'entrée c'est qu'il y ait des salaires. Avant c'est trop tôt. Il faut donc que la start up ait embauché son premier salarié. Le schéma à ce moment là c'est que nos clients devraient grossir au fur et à mesure que nous même nous grossissons. 
 
On accompagne aussi avec des Scale-Ups en phase d'hyper croissance, comme Staffmatch par exemple. C'est assez large.

Pourquoi les start-ups font appel à B.Conseil pour monter ces dossiers de financement de l'innovation ? Pourquoi ne le font-elles pas toutes seules ?

Les start-ups font appel à nous car on leur fait gagner du temps. On a pour objectif que ce soit le moins chronophage pour eux. On a une développé une méthodologie pour prendre en charge le sujet en un minimum de temps. En deux heures on est capables d'appréhender l'innovation où la technologie déployée. L'entrepreneur n'a alors rien à rédiger.

On est aussi là pour valoriser les meilleurs financements de manière optimisée et sécurisée pour répondre aux exigences de l’administration et que tout soit en règle vis à vis des impôts. Il ne faut pas oublier qu'on parle de fiscalité. Sur ces dossiers, les impôts ont trois ans pour exercer leur droit de regard. Dans ce cadre là, c'est à nous de répondre à leurs interrogations, pour faire perdre le moins de temps possible aux entrepreneurs et sécuriser au maximum les dossiers. On va les accompagner sur l'ensemble du processus.

Les qualités du cabinet B.Conseil vu par les clients

Quel est le projet idéal pour B.Conseil ? Celui ou vous prenez du plaisir à l'accompagner ?

Le client idéal, c'est un gars qui m'apprend plein de trucs. J'aime bien avoir des CTO (Chief Technical Officer) en face de moi qui sont plutôt bien cablés, qui maîtrisent leur domaine. Ca c'est top.

Certaines fois, on a des clients qui sont un peu plus fragiles techniquement ou sur leur marché. Sur ces clients, on peut apporter des tuyaux, du recul, compte tenu de notre expérience.

Qui se cache derrière B.Conseil ? Comment est structurée l'équipe ?

Aujourd'hui on est 6 à travailler sur la partie consulting : cinq ingénieurs et moi. Notre métier c'est vraiment l'accompagnement de nos clients. On recrute que des ingénieurs avecde solides connaissances et compétences techniques, issus d'école comme l'Ecole des Mines, Arts et Métiers, l'Ecole Centrale d'électronique, ou encore Polytech Montpellier. Des ingénieurs bien câblés pour comprendre la R&D de nos clients et qui sont capables de la mettre en lumière dans les dossiers.

Aujourd'hui, je valide et contrôle tout ce qui sort. C'est ma responsabilité. J'assiste également à l'ensemble des rendez-vous clients pendant au moins un an ou deux pour mettre en place la mission avec le consultant.

Et en plus on a 2 commerciaux en charge de nous faire connaître. Pour ça, on utilise les méthodes traditionnelles : phoning, réseau, évènement. On va également commencer à travailler sur du marketing automation. 

Tu as aussi mis en place une démarche de partenariat pour faire connaître B.Conseil, non ?

  
Effectivement. Notre objectif c'est vraiment d'être vu à moyen terme comme un cabinet incontournable pour l'accompagnement des start-ups.
 
Pour cela, nous avons développé un ensemble de partenariats avec différents acteurs de l'écosystème, plateforme de financement en ligne, réseaux de Business Angels, VCs et de nombreux incubateurs. Nous sommes par exemple partenaires de Plug and Play Lafayette, du Village by CA, de Pépinière 27, Platform 58, 50 Partners, TechStars, IncubAlliance, de différents programmes de Station F, de Paris&Co, de la HappyTech, etc.

Qu'est ce qui fait ta différence sur le marché ? Qu'est ce qui fait que tes clients sont vraiment satisfait de votre service ?

 
La différence c'est qu'on est une équipe à taille humaine avec un très haut niveau de service. Chez B.Conseil, les start-ups ont accès à un consultant senior, auquel ils n'auraient jamais accès dans les autres cabinets. En effet, dans les autres cabinets, les gens expérimentés ne sont jamais dans les rendez vous avec les start-ups, ils travaillent pour les grands groupes, sur des missions de pilotage et d'encadrement ou sont directeurs de BU et managent entre 20 et 50 personnes.
 
Notre différenciation est là. Nos clients ont besoin que ça aille vite et en un rendez-vous d'une heure ou deux, on a compris leur métier et on a récupéré suffisamment de matière pour être autonomes pour l'ensemble de la mission.
 
Une de nos forces c'est aussi de pouvoir guider nos clients start-ups sur d'autres sujets. Par exemple, en cas de levées de fonds, on connaît quelques VCs et on peut faire les bonnes mises en relation au bon moment. On est également partenaire d'un grand réseau de business angels. Là aussi on fait pas mal d'introductions.
 
L'idée c'est d'aller un peu au delà de notre métier pour les aider dans leur développement. 

Quelle est la suite pour B.Conseil ? Quels sont tes objectifs à moyen terme ?

 
L'objectif c'est de doubler le nombre de clients et de doubler les effectifs pendant encore 3 ans. D’ici là, on devrait être une bonne quarantaine ! C'est un objectif de croissance ambitieux mais qui est réalisable. L’important sera de conserver l’agilité qui fait notre force aujourd’hui.
 
J'aimerais aussi investir dans l'écosystème en reversant entre 10 et 20 pourcent dans des start-ups en Seed. On a déjà commencé à le faire.
 
J’aime être auprès des entrepreneurs et apporter des conseils au-delà de notre métier. Ajouter une casquette d’investisseur, c'est finalement complémentaire à notre métier de conseil sur le financement public. Avec cette deuxième casquette on se positionne également sur le financement privé.
 
C'est aussi une forme de remerciement à l'écosystème. Si B.Conseil grandit bien, il n'y a pas de raison qu'on investisse pas un peu plus de nos moyens sur les start-ups.

Vous avez besoin d'aide sur la consitution d'un dossier de financement public : Crédit d'Impôt Recherche, Crédit d'Impôt Innovation ou Jeune Entreprise Innovante ?

Consultez les témoignages des clients de B.Conseil sur Trustfolio ou rendez-vous sur leur site internet pour les contacter.

Articles liés :

Les 6 situations ou faire appel à un cabinet de recrutement

Les cabinets de recrutement pour les nuls

Eldorado : la plateforme du financement pour les Startups